Archives pour la catégorie Beau, Bon, Bien

Tourner les pages – Prose

Tu as ri, tu as grandi, tu as aimé, tu t’es battu, tu as tempêté, et puis tu t’es lassé

Tu as rugit de joie, jouissance et de plaisir, de désespoir, d’espoir  et de colère

Et puis tu as tourné des pages.

D’abord des pages de livres et de BD, du « Petit Ami » ou « des Malheurs de Sophie ».

Plus tard des pages des « Belles histoires  de la bible » des « Héros et Merveilles », de la « Mare au Diable », des « Mémoires d’outre-tombe » ou de « Hannah ».

Tu as tourné les pages d’une Bible, de Rachi ou du Coran.

Et puis tu as tourné les pages de ta vie.

 

On t’a dit « c’est écrit », « tu dois croire », « te mesurer à l’Etalon de la Vie »

Pourtant à l’Ecole on t’apprenait à lire, interpréter et décrypter.

Et puis ailleurs on te disait « c’est écrit! c’est comme cela! ne cherche pas derrière les mots! »

Tu as tourné les pages de ta vie et tu t’es bien aperçu

de la folle farandole des présidents des pasteurs et des dévots.

Tu t’es bien aperçu que la vie était un théâtre,

des babioles de désespoir des êtres de pouvoir, ou tu servais de marque-page.

 

Qui est ce Jésus que l’on persécute, que l’on invoque?

Dont on culbute les idées et les gestes pour le posséder sans équivoque?

Emmanuel est Got Mit Uns, et l’on dit « Amen ».

Qui est ce Jésus dont le Dieu reconnaîtra les siens?

Qui est ce Dieu qui punit et terrifie pour mieux servir à ceux qui l’emploient à une illusion de paix sociale?

 

Tu as ri, tu as grandi, tu as aimé, tu t’es battu, tu as tempêté et puis tu t’es lassé

Tu as crié de joie, de plaisir, de désespoir, d’espoir et de colère.

Et puis tu as recommencé.

Tu t’es mis à tourner les pages à l’envers, comme on lit en Orient.

Tu as tourné les pages des apparences et tu es passé de l’autre côté du miroir.

Tu as tourné la page d’un Dieu terrifiant pour aimer un Dieu terrifié.

Tu as tourné la page d’un Dieu de pouvoir pour adorer un Dieu de Fraîcheur

Tu as tourné les mots et les idées, les principes et les valeurs, tu es passé de l’autre côté du miroir

 

Tu dois tourner les clefs dans les serrures, comme on a tourné la tienne.

Tout retourné, tu tournes la page de l’ombre et tu te réjouis enfin du miroir brisé.

Tu sais aujourd’hui grâce à l’amour des faibles

Que tu es un grand fêlé, comme Jésus qu’on a brisé.

Aime la vie, aime le plaisir, aime les gens, Aime ton Dieu

Aime la tristesse, aime la souffrance, aime la révolte, aime la Joie.

Heureux es-tu car tu as tourné les pages, tu as lu à l’envers, et tu t’es brisé

Heureux es-tu toi qui, grâce à ta fêlure, laisses passer un peu de La Lumière!

 

 

Olivier SOMMER, mars 2014

Couleuvre verte et jaune

Hier une belle journée dans tous les sens puisqu’une visite d’amis très attendus nous a permis de profiter du beau temps, de notre merveilleuse nature environnante, et d’apercevoir dans toute sa splendeur l’une des espèces de serpent qui m’intéresse particulièrement. Nous avons failli marché dessus tellement cette belle couloeuvre verte et jaune était peu effrayée. je l’avais enjambé sans m’en rendre compte et c’est Benoît qui faisait plus attention qui l’a vue : en travers du chemin, longueur estimée à près d’1,30m, cette jeune bestiole a bien tenu la réputation de l’espèce : côtoiement détendu des êtres humains qui ne la chassent pas, hardiesse, voir effrontée, elle est restée parfaitement immobile au milieu de 5 personnes étonnées de la situation, me laissant même le temps de la prendre en photo. Elle n’a pas voulu se laisser attraper et a filé dès que je me suis approché pour cela.

@ plus

Olivier S.

IMG_7242Couloeuvre verte et jaune, En travers du chemin, à l’aise

IMG_7241

Alerte au meurtre de l’âme!

Attaquée, bafouée, humiliée, déshonorée, indignée, insultée, déniée même l’âme humaine, l’âme de l’humanité.

Qu’est-ce que l’âme ? Pour moi, ce mot exprime l’immatériel d’une entité, d’une personne, d’un groupe, représentant l’identité et l’individualité de ces derniers, prenant forme, s’exprimant au travers du corps, de la parole, des actes et attitudes, des orientations prises dans tous les domaines interagissant avec eux.

Je brûle à l’intérieur. Je pleure au dedans de moi. Un sentiment de tristesse, de révolte, d’impuissance et finalement de colère m’habitent, devant la monétarisation, l’instrumentalisation de la justice, de la politique, de la religion, de l’éthique, de la morale, de la paix, de l’humanitaire, du sexe, et de l’amour, enfin de l’âme.

Là, une jeune fille qui vends sa virginité aux enchères pour payer ses études… !!!

Derrière, le pape qui honore des négationnistes, honorant ainsi la bêtise et la malhonnêteté intellectuelle.

Dernièrement le même Panzer Cardinal rejetant toute utilisation du préservatif pour limiter l’autodestruction massive du continent Africain et de toute autre population du monde menacée par ce fléau. Je crois en l’idéal de la monogamie, mais devant la réalité, je milite pour l’utilisation du préservatif

Ici, un adolescent attardé et excité, charismatique mais allumé qui dirige notre pays selon son bon plaisir, arrachant, coupant, menaçant, monnayant, écrasant, déstructurant avec désinvolture et violence, aidé en cela par une armée de mollusques fascinés par l’enfant-roi, ou sinon fascinés, profitants abondamment (parfois même pas !) des saveurs excitantes du pouvoir et de son ombre :« malheur au pays dont le roi est un enfant !

Là, un projet de loi, inique, aveugle, et profondément antagoniste avec la liberté de communication, prêt à être voté sans discernement par une armée d’aveugles à la solde d’une idéologie guidée par la loi du gain, et donc à la merci des lobbies occultes et majors financiers. La loi Hadopi fait partie des non-sens promus politiquement corrects !

Là, encore, une logique sans faille de la lutte contre l’immigration non choisie, qui me criminalise. Je fais partie des gens qui ont aidé où aident les sans papiers, volontairement ou fortuitement. J’assume, et suis prêt à être condamné pour cela. J’appelle à la désobéissance civile quand les lois vont à l’encontre de la conscience et de la dignité humaine. La France bafoue publiquement sa propre identité, et je m’y oppose. Heureusement, des artistes s’en mêlent et montent au front.

Là-bas, dans une école, des policiers occultes enquêtent et confisquent les dossiers scolaires de deux élèves particulièrement actifs contre la démarche Darcos.

De l’autre côté de l’Atlantique un homme et ses pairs profitent des avantages de l’ancienne présidence, après avoir contribué à détruire l’Irak, en mentant effrontément au monde entier, au nom du Pétrole et de l’Evangile. Ne sera-t-il jamais amené en jugement ? Mais que fait le TPI ?

Au cœur de la vie économique, nombre d’artisans suffoquent devant le poids des règlementations de plus en plus drastique, mettant l’entreprise individuelle devant les mêmes charges financières et procédurales que l’entreprise de 50 salariés.

Nous payons toujours autant d’impôts, mais l’état sous-traite le contrôle du respect des règlementations à des organismes privés, qui font payer très chers leurs nouveaux marchés, et s’enrichissent de manière éhontée.

La loi du marché, constituant du libéralisme débridé, l’idéologie suprême, qui donne tant de force politique aux financiers, est largement écartée quand il s’agit de sauver les intérêts de ces mêmes financiers fautifs, sous prétexte de sauver des emplois. Que l’état reprenne alors le contrôle mais le vrai, le juste. Et que l’on cesse de nous bananer d’idéologies changeantes au gré de la sauvegarde des intérêts.

L’âme est en danger parce que finalement le monde est dirigé non pas par l’intérêt de l’âme, mais par la loi du pouvoir, et du porte-monnaie.

L’âme doit être nourrie de bon, de beau et de vrai et est éprise de liberté. Les belles âmes sont celles qui ont pu naître et être favorisées de cette manière. Il appartient à ceux que l’on élit d’être conscient de cela et totalement dévoués à cette cause. La réalité de la vie va alors nuancer effectivement la concrétisation de cette orientation fondamentale, c’est le pragmatisme.

Les spécialistes de chaque secteur concerné doivent pouvoir s’exprimer devant les commissions ad-hoc au Parlement et au Sénat, cependant : que nos élus soient probes, honnêtes et désintéressés dans leur jugement, et aptes à reconnaître devant la réalité qu’ils n’ont pas su : c’est humain.

Je crois qu’il faut parfois se confronter à la volonté première du peuple, car celui-ci ne voit pas forcément toujours la finalité de son désir, mais un seul homme non plus. Certains sont visionnaires, mais les visionnaires ne sont pas toujours aptes à poser les actes conséquents de manière adéquate. Le dialogue, la pédagogie, la patience sont nécessaires.

On attente à l’âme aujourd’hui, de manière délibérée, en occident. Je réprouve publiquement la mise à mort de l’âme par l’obscurantisme, le marketing commercial et politique ainsi que la monétarisation ou l’instrumentalisation des valeurs qui font la dignité humaine.

Je me bats avec les armes qui sont les miennes : la parole, la présence, l’honnêteté, la vérité, et l’amour que j’ai pour l’humain.

«Aimez l’Homme en celui dans lequel vous ne pouvez aimer la Personne» (auteur ???)

Olivier SOMMER

Holis Froid : Le Froid dans tous ses états!

Salut à tous !
Depuis le 1er octobre 2007, je suis l’heureux gérant d’une toute nouvelle entreprise en Dordogne. La sàrl HOLIS Froid. Comme son nom l’indique, elle est active dans le domaine du froid et de la climatisation, fixe et embarqué. Installer ou réparer une chambre froide , une clim réversible ou dépanner un fourgon frigorifique, c’est notre vocation. Les débuts sont très prometteurs, et l’avenir nous parait intéressant. Installés à Vergt, en plein centre de la Dordogne, nous pouvons donc intervenir sur l’ensemble de son territoire.
A bientôt sur www.holis-froid.com

La Grappe de Cyrano 2007

Quand St Martin des Combes n’est pas connue que pour son maire ayant parrainé le fils d’Hitler…

Cela fait 2 ou 3 ans que cette manifestation motarde, adulte maintenant (elle fête cette année sa 20ème édition), passe sur notre commune, et y organise l’une des spéciales (parcours chronométré), en l’occurence la première cette année.

En quoi cela consiste-t-elle ?

Il s’agit d’un parcours d’enduro au travers des périgords pourpre, blanc et noir.

Il se déroule chaque année au début du printemps, et est désormais internationalement reconnue dans le monde de l’enduro et du motocross. Organisée par un motoclub local très actif, cette course se fait en farmonie avec des associations de protection de l’environnement, et provoque des retombées économiques de l’ordre d’un million d’euros pour les zones concernées, génère un emploi à plein temps toute l’année, et l’adhésion de 600 à 800 bénévoles !

Autant dire que cela vaut le détour.

Cette année, la Grappe se déroule du 6 au 8 avril. Et votre journaleux du samedi était donc présent à 500 m de chez lui pour prendre la température et quelques photos de la première spéciale.

Levés de bonne heure, Yann et moi avons enfourché ma Bandit et rejoint la zone concernée. .
belge_1 petite partie facile du parcours de la spéciale

4.5 km de terre à fraise, argilo calcaire et moyennement piégeuse : il ne pleut pas cette année…

. Je vous laisse regarder quelques (grands ou pas) noms du monde motard s’envoyer en l’air à côté de la Roque Basse…

fretigne_1champion d’europe motocross, 5 fois champion de france Enduro…

Peterhansel_1Peterhansel, Qui ne connait pas son nom : 9 victoires au Dakar..

Peterhansel_2Peter..en selle : Encore lui

Snucques_1S. Nucques, Vainqueur mototour 2004 et 2005

Snucques_2Nucques à l’atterissage

BourgeoisBourgeois, bien réveillé, en écrase

CurvalleJ. Curvalle,3e de la Grappe 2006

Klutz_1T. Klutz, Champion de France 2005..

fille1Mélissa : sa première grappe à 15 ans

fille2Interview de Mélissa par France Bleue Périgord

belge_1On vient de Belgique pour la grappe

anonyme2Sacré dévers !

anonyme1A. Devisy, Joli saut !

fraise_du_perigordLa fraise du Périgord,Le sponsor (organisation d’appellation contrôlée) de cette spéciale fait goûter l’un de ses produits à chaque concurrent. Il s’agit en l’occurence de la Garriguette. Si vous ne savez pas ce qu’est une vraie fraise, alors deux variétés : Gariguette et Mara des bois..

J’ai encore quelques belles photos en réserve…

si vous en souhaitez….

A bientôt

Olivier

Fête de la musique 2006 à Périgueux

(24/06/2006)

Pas de texte pour cet article, mais de belles images pour exprimer le bonheur de moments rares.

IMG_2650web21 heures, il fait bon, les filles sont jolies et la musique arrive…

IMG_2653web21 heures, le jour le plus long, ça fait sourire

IMG_2656web21 heures, drôle de chapeau pour cette beauté

IMG_2658webregarde le photographe, là-bas !

IMG_2667webDe loin mes préférés…

IMG_2675webchanteurs de rock

IMG_2680webde blues…

IMG_2682web-2de la soirée…

IMG_2691webdu renfort itinérant

IMG_2696webarrive et déchaine l’assistance

IMG_2708webun peu de cranberrys, ou qq chose d’approchant

IMG_2718webfascine…

IMG_2720webla vieille ville de périgueux

IMG_2722webrecèle bien des lumières

IMG_2729webdu violon joué moderne

IMG_2738webau milieu de l’ancien

A une autre année pour une autre belle fête

La Sologne en Dordogne : des moutons à la Roque Basse

Pour ceux qui en doutaient, c’est fait !

Mouton_RB_2Des moutons à la Roque Basse

Rappelez-vous, vous mes amis, ces fameux projets de moutons. « Des lubies » pensiez-vous. »ça lui passera » sentenciez-vous…

Ben oui, c’est arrivé. Je les ai mes moutons. Et ils sont beaux !

Mais je n’aime pas l’info brute. Elle n’a finalement aucun intérêt en elle-même. Elle ne peut être digne d’écoute et d’attention qu’au sein de l’Histoire, ou au moins d’une histoire.

Alors je vous raconter une histoire, ou plutôt, je vais vous dessiner un mouton – des moutons…

Au 18e et 19e siècle, St Martin des Combes faisait partie du grand vignoble du Périgord Poupre, et plus précisément du grand Bergeracois. Je ne sais encore quel genre de vin on y produisait, mais ce qui est sûr c’est que l’on envoyait la plus grande partie de la production vers la région Bordelaise et son port, et de là vers… A l’époque, la forêt reculait devant les vignes.

Parallèlement, et plus anciennement, il y avait aussi des troupeaux d’ovins. En témoignent deci-delà quelques vieilles « cabanes » de bergers, en fait des huttes de pierres sêches, bâties sur le sommet de petites collines dominant des pentes arides et caillouteuses, parsemées de nombreux fossiles. Les bergers les bâtissaient pendant que les troupeaux paissaient.

Enfant, je parcourais joyeusement ces collines en rêvant à ces troupeaux fantômes… et à leurs hypothétiques bergères.

Cela fait 30 ans. A l’époque, de petits agriculteurs cultivaient leurs terres, et faisaient paître des élevages de bovins. Malgré la baisse des revenus agricoles, les exploitations se maintenaient grâce aux doubles emplois des fermiers. Maçons ou ouvriers du bâtiment l’hiver, pour ramener quelque argent frais dans le ménage. Pour reprendre le collier de la culture et des moissons au retour de beaux jours.

En 1982, quand je passai une année à la Roque Basse, pour m’essayer à l’agriculture, je repoussai la végétation anarchique et envahissante grâce au gyrobroyeur. Appareil attelé derrière un tracteur qui broie les végétaux grâce à une grosse lame tournante, un peu comme une tondeuse géante.

J’avais donc relativement bien nettoyé l’ensemble des 12 hectares qui m’étaient confiés.

Mais, pendant 22 ans d’absence des propriétaires légitimes, et aucun entretien régulier, en même temps que la désaffection des chemins vicinaux et l’abandon des terres environnantes faute de cultivateurs, notre paradis fut envahi par des taillis anarchiques et épouvantablement épineux. (Epineux que nous appelons ici « prunus maxima emmerdatus »).

Quelques tentatives de nettoyage par le gyrobroyeur, quelques pneus crevés en plein champ, les casses mécaniques de notre bon vieux tracteur fêtant ses 41 ans cette année, et enfin l’énorme quantité de temps et d’hydrocarbures nécessaires m’ont amené à l’idée que des moutons seraient un style de débroussaillleuse intéressant.

Quand Eric et andré sont venus vivre leur retraite ici dans leur propriété, je leur avais soumis l’idée, mais des animaux, cela signifie contrainte et un certain dévouement en ce qui concerne les soins réguliers. Donc…un voeu pieux, mais qui faisait son chemin dans ma tête.

C’est donc tout naturellement que j’évoquais le désir d’avoir des moutons auprès des amis avec lesquels je partageais mes projets de changement de vie en 2004. Certains se sont moqués de moi gentiment et se sont amusés de l’idée très tendrement bien sûr… Vous souvenez-vous ?

Il fallait seulement que je trouve la race qui convienne aux exigences du terrain et de la situation.

Ce fut chose faite fin 2005.

Mme_Pin_Yann_agneauBerger en herbe: 4 jours, au biberon car la fratrie est trop nombreuse…

Le Solognot, c’est son nom, vient donc de Sologne. Il est adapté aux terrains très pauvres. Le bord de la Loire étant sablonneux il ne garde quasiment pas d’éléments nutritifs dont les plantes nourrissantes ont besoin. Beaucoup de sous-bois ligneux, et de grands espaces qui obligent les bêtes à parcourir de grandes distances pour se nourrir. Le Solognot est parfaitement adapté à cet état de chose. Ces moutons ont la faculté peu commune de manger en marchant. Ils sont d’une résistance exceptionnelle, aussi bien physique que physiologique.

J’avais besoin de ce genre de bêtes, véritables débroussailleuses vivantes, capable de valoriser les friches, et exigeant très peu de soin. Vous imaginez aisément pourquoi !

Trois brebis et un agneau mâle pour commencer. Un voyage en Sologne, une rencontre inoubliable avec un couple d’éleveurs extraordinaires, Alain et Nicole PIN, dont l’histoire m’a particulièrement touchée.

Mr_PinLe berger et le biberonné

troupeauTroupeau de Solognots, Une race sauvée de l’oubli

Tete_agneauJuste sevré : Un futur géniteur

attrape_moi_si_tu_peuxAttrape-moi !…si tu peux..,C’est la course, heureusement il y a les chiens.

Voilà plus d’un mois qu’il sont là, et c’est un régal de les voir se régaler d’un rien.

mouton_RBTondeuses, La mise de fond est conséquente, mais au prix de l’essence, c’est économe à la longue.

Mais ici tout pousse tellement bien et vite, qu’ils ont beau manger et manger encore, c’est comme si ils n’étaient pas là. Tant pis. On attendra qu’ils se reproduisent.

Pour les amateurs, la viande est excellente, et l’année prochaine, à Jérusalem….un petit méchoui de derrière les fagots… pour les intéressés, s’inscrire à l’avance.

A bientôt,

Olivier S.

L’espoir d’une autre Marseillaise

Avec Graeme, changeons notre Hymne National !

Graeme_AllwrightPhoto prise par un certain « Alnath » (01.04) reproduite avec autorisation.

Ne vous êtes vous jamais offusqué en chantant ou en écoutant notre chair Marseillaise, ou plutôt sanglante ? Remarquez, en voyant ce qui se passe dans la rue, avec nos casseurs nationaux, que notre Hymne National n’est pas de ces musiques qui adoucissent les moeurs comme on dit ! Depuis des années, je ruminais ces pensées, sans rien faire que de ne pas la chanter. Mais ce cher Graeme Allwright, en collaboration avec une amie, propose de changer les paroles de la Marseillaise. Allez vous-même voir sur ce site http://www.mga.asso.fr et signez leur pétition ! Je l’ai déjà fait.

Bien à vous

Olivier

Visitez-donc le site sur lequel j’ai pêché mon illustration http://www.planete-powershot.net/
Il y a de superbes vues !

Recherche Truffes passionnément

Petite saison que l’automne-hiver 2005. Peu de truffes au RDV. Mais tout de même.

Quelques rayons de soleil et de la persévérance me permettent de vous présenter quelques images précises de mon cavage de la truffe.

Je vais sur le terrain vers 12 hres. Le soleil brille. la terre est meuble à la suite des pluies et de la neige de janvier. Merveilleux.

TruffieresTruffières

Je commence par passer avec une baguette de bambou sur les zones suspectes pour détecter la mouche.

Une fois détectée, je m’assoie et je laisse la truffière naître à la vie devant moi. C’est étonnant de constater le fourmillement de vie qui peut apparaître, malgré le froid vif qui règne.

La_moucheLa mouche à…

La nature est merveilleuse. petit à petit je vois les mouches se disputer l’endroit à pondre. Quand je suspecte fortement l’endroit à fouiller, je le marque avec un bâtonnet.

Quand j’ai fini de prospecter, je creuse à l’aide d’une cuillère pour ne pas abimer le système racinaire parasité par la précieuse Mélanosporum.

J’ai de la chance, elles sentaient bon, elles sont deux.

Les_jumelles_odorantes_et_gouteusesJumelles odorantes et goûteuses

Apres_nettoyageTruffes après nettoyage

J’en découvrirai d’autres dans la semaine, et nous sacrifions une truffe pour faire du foie gras.

truffer_le_foie_grasTruffer le foie gras

Merci mère nature, merci Eric et Andrée de vous être occupés d’elle voici 20 ans.`

A notre tour, maintenant.

Bon appétit !

pret_a_cuireCuisson au Schlemmertopf

Photos premières

J’aime la photo. Ou plutôt, j’aime les belles lumières et les beaux objets. J’aime les beaux visages et les expressions, les corps et les attitudes.

Mon premier appareil numérique était un Sony DSC compact. Je l’ai gardé très exactement 7 ans et j’ai fait environ 3500 photos avec. Sans réaliser jusqu’à la création de ce site et son développement, qu’au delà de l’aspect « journalistique » de mes photos, j’aimais vraiment « saisir l’instant ». Ces deux dernières années ont vu se développer chez moi, sinon un sens, du moins un goût artistique. En cherchant les lumières, en faisant des portraits, je me suis vite heurté aux limites de mon brave Sony. J’ai commencé à m’intéresser aux reflex numériques. Et mon choix s’est porté sur un Canon 350D. J’ai attendu un an, et je possède cette merveille depuis 1 mois 1/2. Inutile de vous dire que je ne sais pas encore me servir du meilleur. Ni que je suis un novice en matière de prise de vue. Mais je découvre jour après jour les immenses possibilité de cet appareil, en même temps que ce qui m’attire vraiment en matière d’image.

Je vous laisse découvrir quelques unes des photos que je préfère. Elles sont bien évidemment toutes réduites de 2 à 8 fois suivant le cas.

Si vous désirez les télécharger telles quelles, vous pouvez le faire gratuitement et les utiliser uniquement pour votre agrément, simplement en me remerciant et en m’indiquant lesquelles par mail.

Pour une utilisation à des fin associatives ou documentaires sans but lucratif, veuillez me demander mon accord, et indiquer mon nom en marge des photos employées.

enfin, au cas ou vous désireriez vous servir d’une ou de plusieurs photos à des fins publicitaires ou commerciales, je vous enverrai volontiers le fichier en taille réelle contre une participation à mes investissements. Bonnes visites.

Olivier S

arc_en_cielArc en ciel

belle_soireeBelle soirée

Cedre_enneige_NBCèdre enneigé

ciel_changeant_2Ciel changeant 2

ciel_changeantCiel changeant

ciel_d_orageCiel d’orage

ciel_d_orage_2Ciel d’orage 1

ciel_rougeoyantCiel rougeoyant

coucher_de_soleilCoucher de Soleil

coucher_de_soleil_1Coucher de Soleil

crepusculeCrépuscule 2

Crepuscule_a_EngunaudCrépuscule à Engunaud

Crepuscule_2Crépuscule

dentelle_noire_sur_fond_bleuDentelle noire sur fond bleu

en_PerigordEn Périgord

EngunaudA Engunaud

Fleur_passiflorePassiflore dans le Haut Médoc

Geneveà Genève

Le_courageLe Courage

lever_de_soleil_en_janvier_1Lever de soleil en janvier 1

lever_de_soleil_en_janvierLever de soleil en janvier

Matin_d_automne_en_PerigordMatin d’automne

neige_en_Perigord_PourpreNeige en Périgord Pourpre

perigueuxPérigueux – l’hôpital

Pres_du_bacPrès du Bac

Puits_2Puits 2

Puits_NBPuits NB

recyclageRecyclage

Soir_a_St_George_2Un soir à St georges 2

Soir_a_St_georgeUn soir à St georges

Soir_a_St_Georges_3Un soir à St Georges 3

soleil_de_janvierSoleil de janvier

truffiereTruffière