Archives pour la catégorie Grands Thèmes

Alerte au meurtre de l’âme!

Attaquée, bafouée, humiliée, déshonorée, indignée, insultée, déniée même l’âme humaine, l’âme de l’humanité.

Qu’est-ce que l’âme ? Pour moi, ce mot exprime l’immatériel d’une entité, d’une personne, d’un groupe, représentant l’identité et l’individualité de ces derniers, prenant forme, s’exprimant au travers du corps, de la parole, des actes et attitudes, des orientations prises dans tous les domaines interagissant avec eux.

Je brûle à l’intérieur. Je pleure au dedans de moi. Un sentiment de tristesse, de révolte, d’impuissance et finalement de colère m’habitent, devant la monétarisation, l’instrumentalisation de la justice, de la politique, de la religion, de l’éthique, de la morale, de la paix, de l’humanitaire, du sexe, et de l’amour, enfin de l’âme.

Là, une jeune fille qui vends sa virginité aux enchères pour payer ses études… !!!

Derrière, le pape qui honore des négationnistes, honorant ainsi la bêtise et la malhonnêteté intellectuelle.

Dernièrement le même Panzer Cardinal rejetant toute utilisation du préservatif pour limiter l’autodestruction massive du continent Africain et de toute autre population du monde menacée par ce fléau. Je crois en l’idéal de la monogamie, mais devant la réalité, je milite pour l’utilisation du préservatif

Ici, un adolescent attardé et excité, charismatique mais allumé qui dirige notre pays selon son bon plaisir, arrachant, coupant, menaçant, monnayant, écrasant, déstructurant avec désinvolture et violence, aidé en cela par une armée de mollusques fascinés par l’enfant-roi, ou sinon fascinés, profitants abondamment (parfois même pas !) des saveurs excitantes du pouvoir et de son ombre :« malheur au pays dont le roi est un enfant !

Là, un projet de loi, inique, aveugle, et profondément antagoniste avec la liberté de communication, prêt à être voté sans discernement par une armée d’aveugles à la solde d’une idéologie guidée par la loi du gain, et donc à la merci des lobbies occultes et majors financiers. La loi Hadopi fait partie des non-sens promus politiquement corrects !

Là, encore, une logique sans faille de la lutte contre l’immigration non choisie, qui me criminalise. Je fais partie des gens qui ont aidé où aident les sans papiers, volontairement ou fortuitement. J’assume, et suis prêt à être condamné pour cela. J’appelle à la désobéissance civile quand les lois vont à l’encontre de la conscience et de la dignité humaine. La France bafoue publiquement sa propre identité, et je m’y oppose. Heureusement, des artistes s’en mêlent et montent au front.

Là-bas, dans une école, des policiers occultes enquêtent et confisquent les dossiers scolaires de deux élèves particulièrement actifs contre la démarche Darcos.

De l’autre côté de l’Atlantique un homme et ses pairs profitent des avantages de l’ancienne présidence, après avoir contribué à détruire l’Irak, en mentant effrontément au monde entier, au nom du Pétrole et de l’Evangile. Ne sera-t-il jamais amené en jugement ? Mais que fait le TPI ?

Au cœur de la vie économique, nombre d’artisans suffoquent devant le poids des règlementations de plus en plus drastique, mettant l’entreprise individuelle devant les mêmes charges financières et procédurales que l’entreprise de 50 salariés.

Nous payons toujours autant d’impôts, mais l’état sous-traite le contrôle du respect des règlementations à des organismes privés, qui font payer très chers leurs nouveaux marchés, et s’enrichissent de manière éhontée.

La loi du marché, constituant du libéralisme débridé, l’idéologie suprême, qui donne tant de force politique aux financiers, est largement écartée quand il s’agit de sauver les intérêts de ces mêmes financiers fautifs, sous prétexte de sauver des emplois. Que l’état reprenne alors le contrôle mais le vrai, le juste. Et que l’on cesse de nous bananer d’idéologies changeantes au gré de la sauvegarde des intérêts.

L’âme est en danger parce que finalement le monde est dirigé non pas par l’intérêt de l’âme, mais par la loi du pouvoir, et du porte-monnaie.

L’âme doit être nourrie de bon, de beau et de vrai et est éprise de liberté. Les belles âmes sont celles qui ont pu naître et être favorisées de cette manière. Il appartient à ceux que l’on élit d’être conscient de cela et totalement dévoués à cette cause. La réalité de la vie va alors nuancer effectivement la concrétisation de cette orientation fondamentale, c’est le pragmatisme.

Les spécialistes de chaque secteur concerné doivent pouvoir s’exprimer devant les commissions ad-hoc au Parlement et au Sénat, cependant : que nos élus soient probes, honnêtes et désintéressés dans leur jugement, et aptes à reconnaître devant la réalité qu’ils n’ont pas su : c’est humain.

Je crois qu’il faut parfois se confronter à la volonté première du peuple, car celui-ci ne voit pas forcément toujours la finalité de son désir, mais un seul homme non plus. Certains sont visionnaires, mais les visionnaires ne sont pas toujours aptes à poser les actes conséquents de manière adéquate. Le dialogue, la pédagogie, la patience sont nécessaires.

On attente à l’âme aujourd’hui, de manière délibérée, en occident. Je réprouve publiquement la mise à mort de l’âme par l’obscurantisme, le marketing commercial et politique ainsi que la monétarisation ou l’instrumentalisation des valeurs qui font la dignité humaine.

Je me bats avec les armes qui sont les miennes : la parole, la présence, l’honnêteté, la vérité, et l’amour que j’ai pour l’humain.

«Aimez l’Homme en celui dans lequel vous ne pouvez aimer la Personne» (auteur ???)

Olivier SOMMER

Du jour du repos en politique

(02/11/2008)

Il y a quelques millénaires de cela, la quatrième d’un ensemble de dix paroles énonçait clairement :

« …Souviens-toi du jour chômé pour le mettre à part : pendant six jours tu travailleras, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour, c’est un chômage…que tu mettras à part….Tu ne feras aucun travail, ni toi, ni ton fils, ni ta fille ni ton serviteur ni ta servante, ni tes bêtes, ni les immigrés qui sont avec toi… » (traduction libre et partielle)

Texte ancien, décrié ou fanatisé, rejeté ou constitutif, source de destruction ou de structuration…Quoiqu’il en soit : texte fondateur.

Au delà des émotions primaires, il peut être convenable de nous pencher sur ce que nous pouvons entendre.

1) « Se souvenir »: nous, humains, oublions. Nous oublions ce que nos pères ont découvert. Nous oublions vertus ou malheurs, conséquences de tels et tels choix de vie ou de société. Nous nous oublions nous-mêmes, nous oublions jusqu’à notre présent et même notre avenir. Se souvenir est donc primordial. Se souvenir c’est chercher dans notre mémoire personnelle, familiale, collective, historique, le pourquoi originel des choix, des orientations, des décisions, des enseignements, des lois. Se souvenir permet de défaire ce qui a été mal fait, de refaire quelque chose de mieux. Se souvenir permet de continuer ce qui est positif. Se souvenir permet d’actualiser une chose bonne dans son principe, mais inadaptée pour notre situation. Se souvenir c’est fonder nos choix.

2)« Jour chômé » : Nous, humains sommes contingentés par le besoin de se nourrir, se vêtir, s’abriter, et protéger nos enfants, le travail est donc est une nécessité. De plus, dans notre culture occidentale, le travail est aussi constitutif de l’identité individuelle et sociale et entre donc dans les besoins psychologiques fondamentaux de l’être. Pourtant, de tous temps, le travail est autre chose que réponse à tout cela. Instrument primordial de l’autonomie et de la liberté de l’être, il est malheureusement dévoyé par nombre d’entre nous qui font du désir de pouvoir et de possession, ou du sentiment de devoir exacerbé, ou culpabilité mal placée, etc. prétexte à s’asservir et/ou asservir les autres en oubliant le nécessaire repos, l’arrêt indispensable, la suspension primordiale, dont l’être humain a besoin pour prendre de la distance par rapport à la contingence, vivre ses relations : à lui et aux autres, pour aimer et être aimé, pour regarder grandir les enfants, pour entourer nos aînés, pour accompagner les mourants. Pour ne rien faire. Ëtre dans le gratuit , l’apparente inutilité, la vacance, le manque. Pour être dans la confiance aussi. Chômer un jour sur sept, c’est vivre et exister gratuitement. Et plus, peut-être, aujourd’hui qu’hier, avons nous besoin de gratuité vitale. Régulièrement.

3) « Six jours pour accomplir tout son ouvrage » : Contenir. Oui, faire contenir tout notre ouvrage sur six jours, pour chômer le septième. Le travail peut nous posséder 6/7ème des jours. A l’être humain de « faire contenir » tout son ouvrage dans ce 6/7ème. C’est faire preuve d’initiative, d’organisation et de confiance pour l’impossible que de contenir tout notre ouvrage dans un temps limité et différencié. C’est une limitation de notre toute puissance, un rappel à la sérénité et l’humilité. 6/7ème, c’est émettre l’idée d’une valeur du temps, différenciée du dernier 7ème, mis à part.

4) « Pour tout le monde, y compris les bêtes (outils de production), et les immigrés (souvent en situation de fragilité, de tous temps !) » : Un jour à part pour TOUS : Ne considérons pas certaines catégories hiérarchiques ou sociales comme différentes et ne nécessitant pas des mêmes dispositions favorables. Ce 1/7ème là, il est liberté pout tous et chacun. Il est repos des bêtes et des machines, des patrons et des ouvriers, des indigènes et des étrangers, des hommes et des femmes, des adultes et des enfants. Ce jour de chômage est littéralement « mis de côté pour ». Il n’est pas un jour comme les autres, il m’apprend à différencier. Différencier, il y aurait tant à dire sur ce mot : dans la société que nous formons il y a tant de domaines que nous dédifférencions, pour le malheur bien souvent, de beaucoup, voire de tous. Différencier c’est identifier. Ce jour-là est différent, il est liberté : pour tous : pas d’exclusion.

Alors, de quoi se souvenir ? L’être humain est-il plus surhomme qu’avant ? Avons nous une société mieux portante qu’avant ? L’indifférenciation des jours fera-t-elle progresser la société ? Le nombril de notre vie que sont : le pouvoir d’achat, le « quand je veux comme je veux », le « tout de suite et maintenant », la possession, l’asservissement mutuel, le commerce au-dessus de tout autre considération, structurera-t-elle chacun de nous, et les plus faibles en particulier ?

L’être humain n’est il fait que d’achat et de consommation ? Sommes nous aveugles sur le mur dans lequel nous fonçons en mesurant la santé de notre civilisation et de notre pays à la seule aulne des chiffres de la croissance et du commerce extérieur ?

La valeur d’une entreprise se mesurera-t-elle toujours à la seule valeur de ses actions et de leur rentabilité ?

Quand le politique reprendra-t-il la place qui lui convient : rendre la nation auteur de sa destinée, en présentant une vision holistique de la nation et de l’individu, en limitant l’invasion des forces financières dans les décisions de société, en faisant l’autocritique des évolutions de pensées qui ont conduit notre pays dans cette situation de misère sociale et humaine ?

Que nous soyons dans un monde globalisé, certes ! Mais que cela ne soit pas prétexte à abandonner l’ambition d’être une nation de valeurs, une nation qui va vers le haut et qui serait de nouveau un modèle et un repère pour d’autres.

Est-ce le véritable désir des personnes composant les foules que le « j’ai donc je suis » ? Ou est-ce l’expression la plus facile et connue d’une méconnaissance de ses vrais désirs, une impossibilité de dire son mal-être et de la regarder en face ? Un jour par semaine, j’ai la liberté d’avoir un temps pas comme les autres, qui m’appartienne, qui me permette, de vivre autrement avec les autres ayant cette même liberté.

Olivier SOMMER

Holis Froid : Le Froid dans tous ses états!

Salut à tous !
Depuis le 1er octobre 2007, je suis l’heureux gérant d’une toute nouvelle entreprise en Dordogne. La sàrl HOLIS Froid. Comme son nom l’indique, elle est active dans le domaine du froid et de la climatisation, fixe et embarqué. Installer ou réparer une chambre froide , une clim réversible ou dépanner un fourgon frigorifique, c’est notre vocation. Les débuts sont très prometteurs, et l’avenir nous parait intéressant. Installés à Vergt, en plein centre de la Dordogne, nous pouvons donc intervenir sur l’ensemble de son territoire.
A bientôt sur www.holis-froid.com

Saurons-nous nous rassembler?

L’effort de structuration est en marche en Dordogne pour les adhérents Modem. Certains, dans des discussions que j’ai eues en privé avec eux m’ont fait part cette semaine de leur inquiétude et de leur frustration de ne pas avoir été choisis pour participer à ce fameux Bureau executif élargi UDF-MODEM du 24. Dont acte. Il ne pouvait en être autrement. Et je veux ici leur témoigner ma compréhension, et les assurer de la bonne direction suivie par ce nouvel et forcément éphémère organe.

Je n’ai pas la qualité pour rapporter ce qui s’est dit le 12/10 lors de sa première réunion. Je peux cependant affirmer que c’était vivant, et que les voix d’outretombe de Seignosse ont su se faire entendre et être entendues. Ne voyez pas dans la précédente une jolie périphrase pour dire que c’était violent, car cela ne l’était pas. Ce fut productif.

Dans quelques semaines nous allons tenter de rassembler l’ensemble des adhérents Modem de Dordogne pour un temps de prise de contact, et de travail.

Nous avons du pain sur la planche, car notre mouvement politique doit, pendant l’élaboration de ses valeurs et de ses projets, ainsi que de son organisation interne, devenir une machine à révéler des personnes de valeurs, des meneurs/ses, capables de remporter des élections, de promouvoir des élus en position de négocier un programme et une éthique Démocrate, au sein éventuellement d’autres majorités politiques.

Concrètement : saurons-nous nous rassembler en grand nombre sur l’invitation à cette réunion départementale ? Je VEUX voir des têtes inconnues, des gens qui ne se sont pas encore engagées lors des élections présidentielle et législatives. Nous avons besoin de personnes de la société civile, partageant nos valeurs, celles si bien exprimées par François Bayrou, pour porter nos couleurs, nos projets pour développer la Dordogne et ses communes. Besoin de personnalités nouvelles, bien implantées, désintéressées quoiqu’ambitieuses. Dans toutes les communes, y compris Périgueux.

Il est tard, mais c’est encore possible.

Pour cela, j’invite tous les adhérents et sympathisants Modem, à se mobiliser, à regarder autour d’eux, au milieu d’eux et identifer les potentiels, et les motiver à se révéler. Dans toutes les communes de Dordogne.

N’oublions pas ce qui nous porte, et nous pousse. La Dordogne est un département sinistré. Derrière de grands discours, et malgré plusieurs députés issus de la majorité actuelles, mais aussi des socialistes bien implantés en Dordogne, notre Périgord vivote et se contente de peu.

Un département à promouvoir

Une autoroute Paris-Espagne pourrait naturellement nous traverser. Une ligne ferrovière Paris-Espagne pourrait naturellement nous traverser, reliant naturellement Périgeux et Bergerac.

Nous pourrions mettre à profit notre climat privilégié pour re-développer une agriculture et une production agro-alimentaire à forte valeur ajoutée.

Un réseau dense de transport en commun reliant toutes les places fortes périgourdines est absolument nécessaire. Le désenclavement des zones reculées est indispensable. Les routes sont abominablement entretenues : Une simple couche de « peinture noire » avec quelques graviers jetés négligemment par-dessus est la plupart du temps employée, à la honte – je le clame haut et fort – des décideurs actuels et précédents, comme un simple fard pour cacher la misères des départementales et des communales. Des pièges à motards meurtriers, mais les quatres roues ne sont pas exemptées de risques graves !

Haro sur la passivité et le repli sur soi !

Alors ! Resterons nous inactifs ? Nous avons du pain sur la planche. La Dordogne doit changer de mentalité ! Les Périgourdins doivent changer de mentalité, adopter une plus grande ouverture d’esprit. Il faut changer les mentalités. Cela prend entre 10 et 30 ans. Alors mettons nous au travail !

J’encourage tous et chacun à prendre des initiatives, au niveau local, associatif, politique, professionnel, à parler, dialoguer, discuter, éduquer, disputer aussi, âprement s’il le faut, les négligences de tous ordres. Et même et surtout, continuer à se remettre en question. Dans la bienséance et le respect des personnes bien entendu ! Ne l’oublions pas. C’est en nous changeant nous-même qu’on changera le monde !

Créons des activités économiques, prenons des risques, enseignons à nos enfants ce qu’est une nation intelligente, industrieuse, active, noble, prenant soin des plus faibles, et encourageant les malheureux, redonnant de l’espoir à tous et à chacun, sans jamais oublier ce qui fait la dignité d’une nation : la reconnaissance et la valorisation de l’aspiration vers les plus hautes valeurs de l’âme humaine, de l’âme de chacun de ses citoyens/nes.

Saurons-nous rassembler, et nous rassembler ?

Je veux vous voir nombreux lors de la prochaine réunion départementale ! Alors :

A BIENTÔT !

Olivier S.

Alea Jacta Est

Est-ce que tout ira mieux ?

136 votants, 7 bulletins blancs ou nuls, 76 pour Sarko, 53 pour Ségo, résultat indiscutable ! à 18h20, je quittai le bureau de vote de St Martin des Combes, ma commune, avec déjà une certitude : Nicolas venait de devenir président. Mais avec quel score exactement ? Vive internet et nos voisins européens : à 18h30 j’étais au fond de ma campagne (« à mille miles de toute terre habitée.. » euh…) en train de pianoter sur mon Mac et de surfer à la vitesse ADSL sur les sites Suisses, Allemands et Belges pour admettre le prévisible,

la France est riche :

puisqu’elle vient de voter pour une droite dure. Retour de bâton de mai 1968. Il est désormais interdit de ne pas interdire et obligatoire d’obliger…

Johnny ne s’en est pas trompé lui qui vient déjà de demander à Nicolas une demande de nationalité française afin de payer désormais moins d’impôts en France qu’en Suisse ou à Monaco…

Bon trêve de plaisanterie. Qu’est-ce qui nous attend ?

Je ne pouvais m’empêcher de regarder cette foule en liesse pendant que Nicolas et sa suite fonçaient, toutes sirènes hurlantes, à des vitesses interdites, en brûlant je ne sais combien de feux rouges et grillant implacablement Stops et « cédez le passage » dans un capharnaüm de motos en délires, occasionnant chûtes, portières enfoncées et rayées, rétroviseurs explosés, dans une démarche générale d’amnistie bienveillante de la part d’un nouveau père du peuple.

Et cette observation de gens pleurant de bonheur me renvoyait à tant de faits similaires, suivis comme de coutume de lendemains qui déchantent.

Restons zen, maintenant nous sommes bien obligés de faire avec, malgré et sans !

Je fais partie d’un peuple en démocratie. Et ce peuple a choisi selon les règles qui sont les siennes. Je veux donc accorder comme il se doit un temps de grâce à notre nouveau président, attentif le temps de grâce, mais limité aussi. Dans le temps.

Les discours, hier, de Nicolas sarkozy m’ont primairement émus, mais je suis sur le qui-vive. J’attends de voir.

Qui a voté sarkozy ?

Je le sais moi :

Des personnes de plus de 75 ans qui sont nostalgiques du paternalisme.

Des personnes de 30 ans qui réfutent le laxisme et le manque de conviction présidant à leur propre éducation et celle de nos enfants.

Des personnes de 20 ans sans père.

Des cinquantenaires au chômage.

Des personnes de ma génération, ayant une place dans la société et désirant la garder.

Des personnes arrivant à la retraite, ayant réussi, aisées, voulant transmettre les quelques biens qu’ils ont acquis à leurs enfants sans que l’état le leur reprenne.

Des amoureux de l’ »ordre naturel des choses ».

Des religieux et pieux séduit par la l’amour de la « morale » de Sarkozy

etc, etc.

Enfin, des personnes, comme vous et moi, de toutes conditions sociales, physiques, financières, professionnelles, etc, qui pensent « qu’il faut remettre de l’ordre dans tout cela ! »

Et elles ont RAISON !

Le problème reste celui-ci : de quelle manière ?

Pour rester humaniste, démocrate et « généreux » il faut une vigilance de tous les instants. Pour redonner sa place à la morale, encore faut-il avoir une morale et une éthique, et là, rien qu’à voir hier soir, c’est pas gagné ! Pour revaloriser la valeur travail encore faut-il revaloriser la valeur du travail.

Mais j’attends de voir. Comptez-sur malgré tout sur moi pour monter au créneau dès que le besoin s’en fera sentir !

Démocratiquement,

Olivier Sommer

La Gourde ou le Gourdin?

(03/05/2007)

J’ai fait la même chose que vous hier soir : je suis allé me coucher, mais comme 23 million de français j’ai regardé le match SS (Sarko – Ségo) : Match totalement nul ! Guerre de tranchées. beaucoup de victimes innocentes.
Mais je vais vous dire franchement : j’ai eu honte pour Ségolène. 2 erreurs majeures sur des dossiers sensibles : c’est la Mrs Bean de la politique !Sarko n’a pas beaucoup brillé, mais au moins il est resté calme et courtois. Question dossier du nucléaire : pas brillant non plus !
Mais enfin, à quelle sauce allons nous être mangé lundi ?
Entre la gourde et le gourdin…le vote blanc, nul, l’abstention, Ségo ou Sarko ?
Je suis le maillon faible : au revoir !

Olivier

Voter avec angoisse

Je vais voter dimanche ! Je vais voter Ségolène. Je vais voter Ségolène par dépit, par réjection et par sens des responsabilités mais avec angoisse !

Le collectif « pas de zéro de conduite« , auxquel j’adhère, vient de me faire parvenir un mail que je reproduis ci-dessous :

 

Le collectif Pasde0deconduite a interpellé dans unelettre ouverte les candidats à la présidentielle au sujet de la loi sur la prévention de la délinquance qui prévoit la levée du secret professionnel au profit des maires. Dans ce courrier du 20 mars 2007 nous demandions : « Si vous êtes élu(e), comment entendez-vous agir pour garantir aux familles les plus en difficulté une protection scrupuleuse de leur vie privée et favoriser de véritables actions de prévention auprès des enfants et des familles hors de toutes dérives sécuritaires et prédictives ? A cet effet abrogerez-vous les dispositions de la loi sur la prévention de la délinquance (article 8), qui portent atteinte au secret professionnel dans le domaine de l’accompagnement social et de la santé ? ».

 

Dans sa réponse, N. Sarkozy confirme le dispositif d’information aux maires dans un but de prévention, tout en convenant que si à terme ce dispositif s’avère « néfaste », il pourrait être revu.

Dans sa réponse, S. Royal prend position contre le dispositif de levée du secret professionnel et d’information du maire et souhaite que les actions de prévention respectent « les droits fondamentaux des personnes », « l’éthique » et « ne soient pas détournées ».

Vous trouverez en cliquant sur les liens la réponse de Ségolène Royal et la réponse de Nicolas Sarkozy. que nous avons transmises à la presse le 28 avril 2007 (lire notre communiqué).

Par ailleurs le collectif Pasde0deconduite a publié le 13 avril 2007 un communiqué intitulé : Non, les gènes ne commandent pas le comportement et le destin des humains, faisant suite à l’utilisation dans le débat politique d’arguments sur l’influence supposée de la génétique sur les comportements.

> Notre collectif poursuit son travail : rencontre scientifique Pasde0deconduite à l’automne

Le collectif Pasde0deconduite organise à l’automne une rencontre entre scientifiques sur la prévention et la petite enfance qui réunira des neurobiogistes, des généticiens, des chercheurs en sciences humaines, en sciences de l’éducation, des praticiens de la santé, du psychisme et de la petite enfance, etc.

Vous trouverez plus d’information sur nos initiatives en consultant le dossier de presse diffusé le 20 mars par le collectif Pasde0deconduite.

> Pensez à suivre les actions et réflexions de Pasde0deconduite, rendez-vous régulièrement sur le sitehttp://www.pasde0deconduite.ras.eu.org/.

 

Je crois que le programme économique de Sarkozy tient mieux la route que celui de Royal. Mais il est déshumanisé. Lors de sa visite à un foyer de femmes en détresses la semaine dernière, l’attitude de Sarkozy a fait dire de lui à Simone Weil : « il n’a pas compris à quel point ces femmes étaient brisées »

Je crois que la France à besoin de se remettre au travail, mais on ne fait pas travailler des gens exangues sans remise en condition.

Sarkozy ne veut pas revaloriser le travail, il veut que seule la quantité de travail soit valorisée ! Je suis stupéfait de cela et je m’inscris en faux sur ce point !

Je ne sais ce que l’avenir nous réserve mais ce n’est apparamment pas bien reluisant.

Nous sommes plusieurs à nous préparer à entrer en résistance, après des décennies de somnolence ronronnante.

A bientôt un autre article sur la perversion instituée de lois et décrets qui nous touchent tous.

Haut les coeurs !

Olivier Sommer

Meeting de François Bayrou à Limoges

Il était plus que tentant d’aller à la rencontre de l’homme pour qui je vais voter. Limoges est à deux heures de la Roque Basse, une sortie ne nous ferait pas de mal, et l’honnêteté intellectuelle me commandait d’aller vérifier in situ si l’équilibre du personnage se vérifiait en « live ».

Bien évidemment, la décision de voter Bayrou s’étendant chez mes proches, mes voisins et mes amis, on me demandait un compte rendu. Je leur ferai un rapport oral mais le web sera le vecteur initial de mes réactions et de mes photos.

attente_cameraOn règle la caméra en attendant françois

estradeEstrade

La réunion devait débuter à 16h30 et nous arrivâmes, ma compagne et moi à 17h00. Sereins car je me doutais qu’un homme politique en campagne, en Saône et Loire la veille, à la Courneuve dans « la cité des 4000 le matin même, ne devait pas forcément avoir le don d’ubiquité… !

spectatriceSpectatrice impatiente

L’homme arrive à 17h50, dans une salle bondée, surchauffée par un manque d’aération structurel, et chauffée à blanc par l’impatience de l’entendre galvaniser ses troupes.

On trouve de tous les âges je vois des jeunes de 15 ans et des personnes du 4ème âge. Handicapés physiques et mentaux sont aussi représentés, ainsi que différentes origines professionnelles et ethniques.
Bayrou_1Dubitatif, Devant la prose du premier interlocuteur

François Bayrou prend la parole après un court discours de bienvenue du personnage UDF local.

Bayrou_2Bayrou attentif

Bayrou_3Discours

Le héros du jour est calme. Il émane de lui une autorité naturelle très forte. Il est proche des gens et du groupe que nous formons. Sa voix est claire, il parle posément mais de manière vivante et expressive. Il parle sans note, son discours est basé sur les expériences récentes et passées.

Bayrou_4Amusé

Il énonce son programme simplement clairement. Son discours est plein de sympathie pour les faibles et ceux qui désespèrent. Pour autant il ne parle pas la langue de bois. On sent l’homme de terrain, je vais même jusqu’à me faire la réflexion : « comment se fait-il qu’un homme aussi proche du peuple, aussi simple dans son contact, est à quelques encablures de diriger la 5ème puissance de notre planète ?

Bayrou_5Bayrou

Une heure à peine est passée et après une marseilleise bâclée François est hapé par son équipe de campagne : Les bureaux de France 3 Limousin sont à deux pas et il reste 2 minutes avant le direct. .

Bayrou_7Départ

Il « perd » pourtant quelques précieuse secondes pour saluer les militants qui l’encouragent.
Bayrou_8Sympathie

J’avoue avoir été ému par la sincérité de François Bayrou, par son humanité et ses convictions.

Bayrou_9Salutations

Je ne suis pas le seul. Jacqueline est convaincue : nous serons ensemble dans 6 jours pour voter Bayrou.

Olivier S.

J’ai peur de Sarkozy

Salut à tous,
Je ne vais pas parler la langue de bois. Être presque arrivé c’est ne pas être arrivé du tout. Mais multiplier par trois son score du premier tour par rapport à 2002, alors que les électeurs ont été 20% de plus à voter, et que dans le même temps l’extrème droit recule de plus de 50%, François Bayrou, le modéré à fait fort. Ne bénéficiant pas de la même machine de guerre que les deux poids lourds du PS et de l’UMP, se défiant du 4ème pouvoir qui le lui rend bien, François Bayrou a su rassembler des Français éveillés. Je ne sais pas pour qui voter au 2ème tour. Les socialistes ont vidé la France de sa substance, et l’UMP n’a pas su redresser la barre. Ségo fait la potiche et Sarko le bourrin. Ségo est en mal de rassembler, pour le scrutin final, plus de 45% des voix et je suis, je crois, très généreux. Quand à Sarko, lui donner les pleins pouvoirs (pensant aux législatives) serait fatal pour l’esprit du pays des droits de l’homme. Je serais assez tenté par un gouvernement de centre droit… avec une présidente socialiste… pourquoi pas ?
A vos plumes pour partager vos réflexions.

Olivier S

Soutien de François Bayrou aux élections présidentielles

Voilà, je m’engage !

Jamais une élection présidentielle ne m’avait parue aussi importante.

En effet, notre nation fait partie d’un monde en crise. Crise d’identités, crise des valeurs, crise économique, crise sociale, crises religieuses et spirituelles… jamais, depuis les années 50, notre pays n’aura vu la personnalité de son futur chef être si importante pour redonner confiance en soi, en l’autre, confiance dans la capacité de notre peuple à retravailler ensemble pour le bien de tous et de chacun.

Foin des positions extrêmes, je me suis appliqué à rechercher des éléments me permettant d’apprécier les personnes en question. Avant cela, je suis passé, par le jeu de l’écoute des discours, de l’adhésion à Ségolène, puis à l’adhésion à Nicolas.

Et puis, voilà que je me suis dit que notre république serait éthique où ne serait plus. Qui donc, au-delà du parler vrai, pouvait incarner le plus les valeurs éthiques capables de rassembler, décider et coordonner un vivier gigantesque de forces de vie ? Qui était capable de me faire lever pour être (humblement et sans prétention) à ses côtés ?

J’ai donc lu, écouté et examiné. J’ai réfléchi, comparé, pris du temps pour ressentir.

Cela fait maintenant 3 mois que cela dure.

Et je suis en mesure de vous dire, à vous, mes amis, connaissances, amis de mes amis ou contacts sur mon carnet d’adresses, que je soutiens désormais François Bayrou.

Je ne présume pas de la capacité des médias à focaliser l’attention sur deux personnages que l’on veut principaux. J’entends autour de moi l’un ou l’autre, que j’estime, me dire qu’il va voter pour l’un de ces deux fameux personnages, et m’avouer qu’il/elle n’a pas jugé utile d’examiner la question Bayrou car « sans aucune chance d’arriver au second tour » ! Je m’élève très vivement contre cette attitude !

Ce n’est pas parce que lui-même se définit comme le « troisième homme », qu’il faut considérer que François Bayrou restera troisième, et qu’il n’a aucune chance d’arriver au second tour ! C’est du défaitisme !

Prenons notre destin en main nous les silencieux du débat politique par culture. Nous sommes capables de renverser la tendance. Soyons honnêtes, examinons les personnes du mieux que nous pouvons, et votons en notre âme et conscience.

Foin des extrèmismes, des discours démagogues, et du soutien passif aux manipulations dangeureuses.

Je vous encourage à dépasser nos tendances au repli sur soi, au nationalisme, à la culture de la violence et du « kärcher » en réponse à la violence, nos tendances à l’assistanat institué, à l’acceptation du gouffre social.

Recréons une « économie sociale et humaine », sans mièvreries et faux-semblants, sans vouloir faire des personnes déséquilibrées des délinquants à tout prix.

En ce qui me concerne, je crois cela possible, dans la durée, avec le temps, si un président éthique est élu. C’est pourquoi j’ai décidé de voter François Bayrou.

A bientôt de vous lire ! Le débat est ouvert.

amitiés,

Olivier