Archives mensuelles : octobre 2005

La Saga du Bungalow (4/6) Suite

La Saga du Bungalow

Entre 4 murs…

Le 19 avril, je suis entre 4 murs.

Si je suis heureux de pouvoir enfin suivre la formation désirée, je me redécouvre une excessive tendance à la somnolence quand je suis assis à écouter, passif, un charabia sensé être sensé, sensé motiver la douzaine de gulus que nous sommes à la merveilleuse bienfaisance de la dynamique de groupe ! Beurk…Méthodes éculées et paroles creuses garanties !

Pendant ce temps-là, mon bungalow, lui, dort aussi en boudant ma douloureuse absence….

Heureusement, jouer les secrétaires en rédigeant des CV’s pour les « dynamites » du groupe ne me fatigue pas trop, et le soir, je retrouve avec grand bonheur mes autres 4 murs, aimés et chéris ceux-là, motivant au possible, et une deuxième journée commence. C’est bon d’être célibataire ! Personne de jalouse quand je rentre, fourbu, à des heures indues ! Personne de frustrée par mon incapacité, à cette heure-là, à fournir la dose de calin désirée… !

En bref, je bosse, bosse et bosse encore jusqu’à trop soif, trop fatigué, et trop mal. Mal, car ma cheville, à peine remise de l’opération subie quelques mois auparavant souffre le martyre d’être autant sollicitée par son imbécile de propriétaire, mais le professeur Emsallem a fait du bon travail, et cette cheville est plus que jamais ouvrière.

Les murs extérieurs sont recouverts entièrement de pare-vapeur « spirtech » puis l’on vissera les tasseaux en peuplier qui serviront de support au bardage final en pin des landes, façon « séchoir à tabac » du Bergeracois – La Dordogne Sud a été longtemps l’un des grand producteurs de tabac français, à destination de la Seita, entreprise nationale de manufacture de cigarettes et autres dérivés du tabac. Celle-ci a eu l’une de ses grosses manufactures à Bergerac. Les séchoirs sont en bois et ont une architecture simple et caractéristique. Celle-ci semble être la norme en matière d’acceptation de construction à habillage sylvestre dans la région par la DDE et son architecte-conseil-.

exterieuren mai, fais ce qu’il te plait

Maintenant que l’extérieur est protégé, l’on peut s’occuper de l’intérieur.

D’abord les fenêtres. Je suis l’heureux héritier (Merci Papa et Maman !), d’un lot de fenêtres en chataîgner, de tailles certes hétéroclites, et d’aspect douteux puisque ayant plus de vingt ans, mais n’ayant jamais été posées. Pourvue d’un double vitrage aux normes ancestrales, certaines l’ont vue brisé par des ados en mal d’espoir ; Mais je fais confiance à ce bois sec à coeur, insensible aux bestioles et imputrescible, et aux capacité de ma bonne vieille ponceuse pour leur redonner un aspect de la plus haute noblesse.

Les tapées sont réalisés en mélèse de 150X40, commandé spécialement chez mon scieur préféré, et usiné par moi sur la nouvelle combinée d’Eric.

Entourage_fenetredu brut aux tapées…grâce à la défonceuse !

Yann, toujours vaillant, est précieux car les fenêtres sont lourdes et demandent une grande précision de pose. Chacune posée est l’occasion de réjouissance. Les vitrages défaillants sont remplacés, et, petit à petit, la construction prend tournure. C’est étonnant de voir à quel point les ouvertures sont importantes dans l’aspect d’un bâtiment.

toutes_fenetre_poseesdes fenêtres sur le monde

Ensuite les réseaux électriques et sanitaire. Le schéma électrique est aussi conçu et réalisé par bibi, sur la base et conformément aux dernières normes en vigueur dont l’appellation barbare est : NFC 15-100. Avec cette norme, et malgré ses 50m2 tout mouillé, ma cabane comportera plus de 50 appareillages : prises, interrupteurs, point lumineux, etc. ! A croire vraiment que ce sont les lobbies de l’électricité et des fournisseurs majeurs de l’appareillage électrique qui édictent les lois en la matière ! (voir « Les nouveaux maîtres du monde, et ceux qui leur résistent », par Jean Ziegler, Fayard, 2002). Je vous dis pas le budget !

Cette phase est délicate car le passage des gaines et leur aboutissement préfigure déjà (malgré les apparences) la réalité des cloisons et l’échelle de l’ensemble. L’emplacement futur des cloisons est matérialisé par des fils tendus et on s’organise en fonction.

reseau_electriqueusine à gaz

Le réseau de distribution d’eau est réalisé en PER pour ne pas m’embêter à souder. Mais avec le recul je ne retenterais pas l’expérience, finalement plus cher et plus compliqué à mettre en oeuvre, quand on sait travailler le cuivre.

Collecteur_eaucollecteur d’un p’eau

reseau_sanitairechiottes !

Mai juin est là déjà, et je m’impatiente, le reste de la famille arrivera bientôt et je ne vois pas le bout (de bois hi, hi !)

liteaux_isolationdes myriades de bouts de bois

Après avoir patiemment découpé et fixé les innombrables tasseaux, supports de l’isolation du sol, celle-ci est rapidement placée et vient le temps du plancher. Pour ce travail aisé mais fastidieux, je peux compter sur l’ardeur des vieux potes : Hélène, Pascal, Timothée, et comme toujours, de Yann. 3 journées pleines et c’est fait.

Pose_plancherplan de travail

Que c’est agréable de travailler sur du plan ! Ma cheville me dit merci, d’autant que le stage d’application de ma formation ayant commencé, je suis la majeure partie du temps en haut d’une échelle ou dans des positions invraisemblables, sous ou sur toiture. C’est le Kama-Sutra du climaticien !!

Vient le temps de l’isolation des murs, le travail est pénible car ça gratte dur, mais on y arrive. La laine de verre est placée entre les poteaux de la construction, par dessus les gaines du réseau électrique.

isolation_interieurisolation intérieure

Suivant les pièces, viennent par dessus : soit le pare-vapeur déjà utilisé pour l’extérieur, soit du placoplâtre de 10 mm, soit de l’agglo hydrofuge de 19mm. Le placo améliore, avant le revêtement final (volige de mélèze rabotée), l’isolation phonique, il est donc mis dans les futures chambres. Le pare-vapeur se définit lui-même et sert en plus d’écran anti-poussière (because la laine de verre…), avant la pose de la volige de mélèze non bouvetée (donc en bord à bord, façon très rustique) dans les pièces à vivre. Enfin, dans les pièces d’eau, l’agglo hydrofuge sert efficacement de support à la faïence qui garnira leur parois.

Habillage_Aggloparoi d’agglo côté cuisine

habillage_sur_placoBA 10 puis volige de mélèze

L’habillage en bois pour les pièces concernées est réalisé de juillet à août. Yann en aura fait la majeure partie.

Yann_habille_placonous sommes en août, Yann saura gagner sa vie !

Ce qui ne se voit pas mais prend beaucoup de temps est le traitement du bois. Au moins deux couches de produit insecticide sont appliquées consciencieusement sur chaque pièce de bois utilisée, et pour cela, merci à Jacqueline, Yann, Daniel, Florian etc… A ce jour, près de 100 litres ont été appliqués sur près de 7 m3 de bois brut.

Suite au prochain épisode….

Olivier

Vive la Moto

Près d’un an après mon opération de la cheville, je récidive. Entretemps j’ai vendu ma 650 Djebel à démarrage au kick et acquis une 650 Bandit à démarrage exclusif électrique, histoire de ne me déchirer que le tendon du pouce si elle aussi est récalcitrante.