Archives mensuelles : juin 2014

Devant la mort, un organe : le don

Le don d’organe

Aujourd’hui c’est la journée de réflexion sur le don d’organe.

Alors je réfléchis : il y a un « registre national du refus de don d’organe »

Mais il n’y a pas de registre national de l’acceptation du don d’organe.

Actuellement se déroule un drame personnel et familial dans le cas de Vincent Lambert, qui voit s’affronter deux clans au sein de la famille concernée. Ceux qui veulent arrêter cet entêtement pathétique à le garder en « vie » mécanique (!!!), et ceux qui refusent son débranchement.

Personne ne peut apparemment affirmer de manière crédible avoir reçu la volonté dernière sur ce sujet du principal concerné. Et donc c’est la justice, donc une forme de violence, qui dira la finalité..

Donc je ne crois pas qu’une parole partagée au sein de ma famille suffira à dire aux médecins sans équivoque ma volonté devant la mort et ses conséquences pour mon corps. Car dans ces moments-là, les passions s’enflamment, la douleur surpasse la raison et la folie est reine.

Alors comme rien ne m’assure de la sérénité des décisions en ma présence inconsciente, je publie mes positions sur l’endroit le moins équivoque : mon site personnel.

Je considère que la vie est plus précieuse que tout. Mais la vie se mesure à la capacité de conscience et de participation même ténue au monde qui m’entoure.

La vie doit s’assumer elle-même sauf situation d’urgence temporaire. Je ne suis donc pas en faveur d’un maintien en vie artificielle au-delà quelques jours (pas de mois!). En cas de doute médical, il appartiendra à un Conseil avisé composé de mes proches directs (parents, soeur, compagne, enfants), du médecin en charge de mon cas ET d’un membre du personnel infirmier le plus proche de mon cas, du pasteur/des anciens de mon Eglise de se prononcer sur mon débranchement en cas d’insuffisance vitale. Au jour d’aujourd’hui j’ai déjà vécu une belle vie. J’ai déjà beaucoup reçu et beaucoup donné. Je n’ai pas l’intention de faire dépenser argent, énergie et désespoir à tout le monde qui m’entourera à ce moment-là. Enfin je crois à ma vie au-delà de ma mort, car le Dieu qui m’a créé est plus fort que la mort

J’ai, en plus, un désir, celui de permettre la vie au-delà de ma mort. Il m’est particulièrement agréable de penser que je pourrais encore être utile à la vie dans ma mort. Je me déclare donc pour le don de mes organes.

Je refuse pour moi et mes proches le sentimentalisme mièvre de notre société en déliquescence. Je revendique une dignité jusque dans le coma et la mort, aimante et virile.

Fait à Vergt le 22 juin 2014

Olivier SOMMER

Oui au don d'organe