Archives mensuelles : septembre 2015

Le combat pour la Grâce (prédication)

La loi ou la Grâce

Extrait de la prédication du 5/09/2015 exprimée en l’Eglise Adventiste de Dordogne à Boulazac.

Cette prédication était interactive et basée sur la lettre de Paul aux Galates 2:11-14

« Que trouvez-vous choquant dans ce passage? (Débat)

Cette année nous avons vécu, en tant qu’équipe pastorale, des moments compliqués, chargés en émotions.

Entièrement motivés par 3 objectifs principaux (non exhaustif), les deux derniers étant assujettis au premier :

– Rechercher toujours et encore la gloire de Dieu, qui consiste, pour les êtres humains en sa grâce, sa bonté (voir Exode)

– Exercer et enseigner cette Grâce et cette bonté

– Entraîner chacun d’entre nous à sortir de ses certitudes anciennes et de ces traditions de pensée qui annulent, de fait, la grâce dans nos vies et celles de notre entourage parfois.

Qu’est-ce que la Grâce ? (Débat) (Michée 6:8)

Cependant nous nous heurtons tous à nos peurs, à une conception de Dieu terrifiante. Une conception qui nous dit que Dieu ne tolère aucune erreur, et que pour cela, nous devons être les garants de la « Vérité », mais finalement qu’est-ce que la vérité?

(Débat)

C’est donc tout le problème du « fait religieux », de la religion : la Vérité n’est plus ce qui est Vrai, au contact de la réalité humaine et du cœur de Dieu, mais le système de pensée, d’interprétations (herméneutique) et de traditions que nos églises perpétuent.
D’où la difficulté d’intégrer l’amour de Dieu dans notre vie…

Ce qui se traduit en jugement et en légalisme, et en hypocrisie (ex: Cephas)

Reprenons le texte de l’Epitre au Galates :

Jésus nous dirait : qu’est-il écrit? Que lisez-vous?
Qu’est-ce que le texte nous donne à entendre? De quoi est-il question?
Débat (les points principaux : la question des contraintes : grâce ou religion / congruence et transparence : le scandale de l’hypocrisie exprimé et raconté publiquement / La liberté de l’Evangile : toute religion ou tradition qui amène à annuler la Grâce et l’Evangile de Jésus )
Parmi les combats, parfois douloureux, que je mène avec l’équipe pastorale, il y a trois choses qui sont non négociables

– Le refus d’interpréter la Bible autrement qu’en la lisant au travers de Jésus

– La défense de la Grâce de Dieu exprimée au travers de la Liberté donnée par l’Evangile de notre frère Jésus

– L’encouragement et relèvements des âmes écrasées sous le poids de la culpabilité et d’une certaine religion, en les défendant publiquement en face des ignorants.

Dans le texte de Galates nous ne voyons pas Paul et les autres apôtres argumenter sur des textes, pourtant il y en a qui justifient une judaïsation, et que nous reprenons d’ailleurs à notre compte en tant qu’adventistes.

Qu’est-ce que cela nous dit du positionnement des apôtres par rapport aux Ecritures ?

Les Écritures doivent-elles être des chaînes ou une clé de liberté ?

Parce que tout le problème se situe-là : qui suis-je par rapport à ma Bible? Interlocuteur ou esclave? Qu’est-elle pour moi? Une prison ou de la dynamite?

Rappelons-nous les paroles de Jésus : « on vous a dit que, mais moi je vous dis » : a quoi nous invite Jésus? Je vais faire un jeu de mot :

A entendre la lettre, puis à devenir l’être, devenir l’individu, l’adulte.

La Grâce de Dieu nous fait devenir homme et femme fait, mature. Elle nous fait comprendre que Jésus est le vrai traducteur des Écritures. Tout ce que je lis qui ne correspond pas à la traduction faite par Jésus doit être dépassé, dépassé!

C’est tout l’enjeu de la loi et de la grâce : esclave de la lettre ou traducteur de la lettre par la Grâce? A chacun d’examiner ses croyances et ses présupposés, pour savoir s’il est un combattant ou un adversaire de la Grâce. »

Amen

Olivier Sommer

Bibliographie : je vous recommande sans hésitation un excellent ouvrage, très agréable à lire

http://www.vie-sante.ch/edification/842-au-dela-de-la-loi-la-grace.html