Du travail pour qui en Dordogne?

Pas de travail en France ? Pas si sûr…

Chers visiteurs,

Me voilà donc en plein Bilan de Compétence Approfondi… Je devais, entre autres choses, mener une enquête « métiers ». Celle-ci consistait à découvrir des facettes peu connues de métiers/professions choisies à l’avance, par mézigue.

Ce qui fut fait tambour battant (bon le métronome n’était pas trop rapide…d’accord !). Et là mes amis, quelles surprises ?

Résumons : les métiers choisis ?

Plomberie, Sanitaire, électricité, climatisationchauffage, froid industriel, serrurerie bâtiment et industrielle.

Passé les quelques mauvais coucheurs qui n’ont jamais le temps de rentrer en discussion, restent les gens intelligents qui se prêtent de bonne grâce au jeu des questions-réponses, et plus si la motivation est perçue comme positive : entendez par là que, en tant que demandeur d’emploi, j’ai la possibilité de pratiquer des EMT (Evaluation en Milieu de Travail) d’un total maximum de 70 hres, où tout est pris en charge par l’ANPE et au cours desquelles les employeurs courageux reçoivent une indemnité de 2 euros/hre.

A la grande surprise de ma conseillère attitrée, j’ai pu décrocher 3 EMT dans les activités : électricité, chauffage-climatisation, et serrurerie. La première se déroulera du 18 au 23 août prochain, la deuxième en septembre et la troisième encore après vraisemblablement.

Mais ce n’est pas tout.

Observations dues à l’enquête :

– Il y a du travail dans plusieurs domaines
– Peu de gens veulent travailler.
– Les patrons sont découragés par le manque de discipline/motivation des jeunes et de certaines catégories de population, et débauchent par ce découragement et à cause de la mauvaise qualité personnelle des employés.
– En bonus, je suis bénéficiaire d’une préembauche dans le froid commercial et industriel, si je suis intéressé après une formation pour adulte.
– petit exemple, un bon frigoriste à 39 hres/semaine, c’est 1400-2000 euros nets par mois sur la région. Un bon plombier, c’est 1500 euros nets par mois à 10 km d’ici…

Réflexion qui suit. Le vrai problème en Occident : le manque de valeurs fortes dans l’éducation de nos enfants, un sentimentalisme mièvre qui fait de ces êtres à former des rois tout-puissants.

J’ai connu en des temps pas si éloignés, des enfants subissant cette tare. Ces enfants-là sont une génération perdue pour leur pays. Et le pays se meurt de ne plus avoir assez de jeunes entreprenants, qui « en aient », qui soient curieux, qui n’aient pas peur de travailler dur, et qui acceptent l’autorité.

Cette dernière phrase est celle qui m’a été citée deux fois par des patrons. Elle est à méditer par ceux qui érigent le laisser-faire en vertu éducative.

Il y a du travail. Encore faut-il avoir envie de travailler de ses mains autant que de sa tête.

En Dordogne, pour celui/celle qui veut travailler et qui n’a pas peur de se former dans les secteurs demandeurs, on peut vivre et prospérer dignement.

Pour ceux qui se posent des questions quant à l’avenir de leurs mômes : Conduisez-les sur la voie d’un apprentissage : Bac Pro au minimum, après il sera toujours temps de poursuivre des études élevées, mais au moins, ils auront un métier. A quoi sert d’avoir un DESS et de pointer au chom’du, ou pour être caissière chez intermarch’ ?

Pour la petite annonce, un de mes correspondant sur Périgueux cherche (et pour l’instant il ne trouve pas) son futur bras droit : un technicien Bureau d’Etude (Constructeur CAO/DAO), niveau BT/BTS, avec formation en interne sur lessystèmes de réfrigération. Entrée immédiate et évolution certaine.

Voilà pour le travail en Dordogne, je vous salue et vous encourage dans tout ce que vous entreprenez.

Soyez en paix,

Olivier.