Archives du mot-clé Charlie Hebdo abonnement

Charlie or not Charlie Hebdo

S’abonner à Charlie Hebdo? Ou non?

Il était pour moi hors de question de m’abonner à Charlie Hebdo, malgré les nombreuses suggestions que j’ai reçues. Je n’ai jamais ouvert ce papier, et je ne l’ouvrirai jamais, tout simplement car pas dans ma sphère de tolérance à la saleté.

J’ai été fier de défiler en tant que « je suis Charlie », mais je ris plus à la bêtise de ces meurtriers qui ont fait vivre un journal moribond, qu’aux caricatures elle-mêmes.

Non que je me sente offensé quand on caricature mon Dieu, et je m’en expliquerai* tout à l’heure, mais je suis blessé en pensant à tous ces gens, peu instruits ou peu matures, mais sincères , qui se sentent meurtris et humiliés par une volonté stupide ou ignorante d’abaisser des symboles.

Les djiadhistes ont tué 20 personnes. Les dessinateurs et les écrivains peuvent blesser des milliards de personnes.

J’admire le courage de ces hommes et femmes qui sont morts pour leurs idées (les gens de Charlie Hebdo). Je regrette seulement que nous utilisions trop souvent ce pourquoi ils sont morts de manière à diviser plutôt qu’à pacifier, défendre la vraie justice et la vraie liberté.

Je pense que le monde a changé le 7 janvier . Mais ce ne sont pas ceux qui sont descendu en nombre dans la rue qui en profiteront. Le boomerang revient à toute allure.

*je ne suis pas blessé par les moqueries, les dessins dégradants les figures spirituelles ou/et religieuses :

Je crois que le vrai blasphème ne peut pas être commis par un incroyant ou un ignorant. Le vrai blasphème c’est de salir le Dieu que l’on connaît. Celui dont j’ai accepté l’Amour et la vie, par expérience personnelle.

Et le principal des blasphèmes c’est de salir et humilier, la personne en face de moi, créée à l’origine à Son image. C’est de me comporter comme un meurtrier alors que je crois à la Vie donnée par un Créateur. Je ne peux blasphémer que si je suis croyant.
Jésus est en train de se faire crucifier : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font » (il parlait des soldats, pas des responsables religieux qui avaient décidé sa mort!)

J’aimerai utiliser ma liberté de parole pour le Bon, le Beau, le Bien.

OlivierS, 17 janvier 2015