Archives du mot-clé évolution

Protologie et eschatologie : un autre regard

Suite à un article surprenant écrit par le Docteur en théologie Richard Lehmann, paru dans une revue paroissiale de janvier 2014, je souhaite apporter quelques éléments d’un positionnement différent.

J’ai en effet appris que je faisais jusqu’alors partie d’une catégorie regardée semble-t-il avec une certaine tristesse : celle de ceux qui sont en contradiction avec « leur propre foi ».

Quelques unes des idées exprimées méritent donc, je pense, d’être abordées avec un angle différent.

Penser que la science trouverait inconséquent le retour de Jésus sur des nuages, si ceux-là ne changeaient de structure, me semble un peu simpliste. Et l’opinion selon laquelle la science aurait un « champ restreint » au regard de « l’ouverture sans limite » du domaine de la foi, me semble relever d’une mésestime surprenante, pour un érudit tel que l’est son auteur.

Disons le tout net, je ne suis ni un scientifique, ni un théologien. Mais je fais ce que tout humain est appelé à faire:  je lis, j’observe, je réfléchis et je débats. Enfin je me positionne, relativement, et de manière évolutive.

Je suis parfois surpris de certaines positions, interprétations, traditions de pensée, ou évolutions du monde. Pourtant, je me dis que chaque philosophie est le fruit d’une histoire collective, culturelle puis personnelle.

La vision de Dieu, des origines, de l’avenir, de la fin sont évolutives, y compris dans la Bible. Il nous plait à nous autres, êtres humains, de cadrer, normaliser, et dogmatiser. C’est populaire, ça étalonne la pensée, et classe les personnes. ça dit ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, ce qui est moral et ce qui ne l’est pas, ce qui est cohérent et ce qui ne l’est pas.

En parlant de la Création selon la Genèse avec des amis littéralistes, j’ai l’habitude de prendre l’exemple des aventures d’Asterix et de Cléopatre, dans lesquelles, après la construction en un temps record des bâtiments, (ce qui, aujourd’hui, ne semble plus insurmontable compte tenu de l’évolution des technologies), notre druide éternel Panoramix plante des glands magiques qui engendrent instantanément des arbres plantureux, et créent en quelques heures un jardin luxuriant en l’honneur de la grandeur Egyptienne et de Cléopatre. Une fable comique, convient-on, dans laquelle se cache tellement de sens cachés, de révélations sur l’être humain sur la société, le monde… Il appartient donc au lecteur de mettre en mouvement cette fable pour se l’approprier en tant que source de réflexion et de positionnement. C’est d’ailleurs le propre de l’art, de la poésie, de la science fiction, de la peinture… Tout cela parle à l’âme. et l’Ame c’est la vie.

Mais revenons à notre fable : qui peut y croire? L’on traiterait d’enfant encore allaité toute personne dont la pensée serait captivée par cette magie! Des glands traités dans une potion magique, se jouant des lois de la vie et défiant les années de pousse nécessaires à des arbres!

Si Dieu est hors du temps, il est le maître du temps. Toute la Bible mentionne le temps de Dieu comme étant le résultat de l’attente indéfinie d’un instant inconnu. Notre monde est dans le temps et l’univers raconte le besoin de temps de la Vie, des êtres, du monde. Alors…

Restons « bibliques » et reprenons donc un certain nombre de déclarations de Jésus : « que celui qui lit fasse attention » à propos d’une prophétie de Daniel; « qu’est-il écrit, que lis-tu? » à l’adresse du légiste qui interpelle Jésus sur le moyen d’obtenir la Vie Eternelle; « vous ne comprenez ni la puissance de Dieu, ni les Ecritures » déclare Jésus aux Saducéens qui se moquent de la résurrection!

Oui,  Jésus interpelle souvent ses interlocuteurs ou ses contradicteurs sur leur lecture, leur interprétation, leur compréhension des Ecritures. Que n’en serait-il pas de même pour nous? Au travers des deux testaments, nous voyons la lente, très lente progression de la vision humaine de Dieu, la longue et infinie élaboration de la compréhension de choses insaisissables. Le tragique besoin de magie des sociétés humaines. L’imparfaite dissociation entre un Dieu Tout-Autre et les dieux fait de main et d’esprit d’homme.

Le deuxième commandement est particulièrement intéressant et très peu connu de notre recherche communautaire. « Tu ne te feras pas d’image taillée ni de représentation quelconque de ce qui est… ». Je suppose que la réaction inconsciente de beaucoup d’entre nous est de l’ordre du « non concerné » : on n’est pas comme les catholiques, les orthodoxes, les animistes etc… qui adorent ou vénèrent des images et/ou des idoles tangibles… Et pourtant!

Il me parait possible à partir de ces préambules de proposer une autre approche des ces textes fondateurs.

Prenons tout d’abord les textes génésiaques : Les intentions de ces passages sont multiples, ils vont de la démythification des origines en milieux polythéistes et idolâtres à une éducation à l’humilité (juste positionnement), une glorification du Sabbat, une école de repos et de liberté, en passant par une différenciation égalitaire de l’homme et de la femme, le rejet de la confusion, et la création du temps, bien entendu. La liste est loin d’être exhaustive! Peut-on alors affirmer qu’une autre intention est de nous dire en combien de temps et quand (à peu près) a eu lieu cette Création?

Il me semble raisonnable et non dangereux de penser que le texte de la création nous hurle qu’il ne faut pas le prendre à la lettre. La pensée hébraïque a beau être loin de notre pensée moderne et peut-être post-moderne (quoi que..?) je crois qu’elle parle aussi à notre raison aujourd’hui. Autant de magie et d’incohérence faisant insulte au bon sens « paysan », pour un texte qui démythifie, cela me semble hautement improbable! Je ne pratique pour autant pas non plus ces tentatives des uns ou des autres qui consiste à vouloir calquer les audacieuses hypothèses des scientifiques à un ode à la création, ou bien encore à fermer les yeux sur ces incohérences pour croire, en prétextant une foi pure, à une littéralité du récit.

Le texte me crie de ne pas m’attacher aux images magiques qu’il me renvoie, mais de chercher derrière et autrement ce qu’il veut dire et me dire.

TOUT, absolument TOUT est possible au Tout-Autre. Mais ce n’est pas parce que l’on dirait « c’est Dieu qui fait cela » que ce n’est pas de la magie! Dieu n’est PAS un magicien, et il abhorre la magie! Dieu est Créateur et l’Etre fait naitre. Cette conviction me suffit pour observer avec énormément de curiosité et d’intérêt les interprétations et modèles mathématiques issus, ou à l’origine, des observations scientifiques dans l’infiniment petit et l’infiniment grand. Le champ de la science est aussi peu limité que celui de la foi. Et la science contribue à augmenter ma foi car elle démystifie la nature tout en m’émerveillant de la Parole Créatrice du Tout-Autre…Cela me suffit disais-je, aussi, pour m’attacher à creuser, creuser, et creuser sans m’arrêter, pour faire vivre en moi cette Parole d’Amour, de Salut.

Le récit de la Création se termine en apothéose par l’institution du sabbat. Selon certains esprits peut-être craintifs, l’abandon d’un fondamentalisme littéraire en la matière saperait tout simplement la validité et l’intégration du Sabbat dans nos croyances, puisque celui-ci est directement relié à la Création en six jours dans de nombreux textes. Je ne conteste pas ces textes, mais j’aimerai que des esprits de bonne volonté et plus savant que moi se donnent le droit de relire ces textes et de les remettre en perspective. « Qu’est-il écrit, et que lit-on? »

Le Sabbat est LE signe du caractère et Désir Divin pour l’homme, il est la volonté du Créateur de la dignité de ses créatures. Il est la loi de non-mercantilisation des êtres entre eux. Il est la parole qui appelle l’homme à se reposer de ses oeuvres, à les contempler, les présenter à Dieu et décider ou non qu’elles sont bonnes. Il est le souvenir que « tout est très bien » quand la Parole sort. Le Sabbat est légitime en lui-même si besoin était, mais j’oserai avancer ici que le fait qu’il soit le couronnement de la création est la première révélation de l’incarnation divine.

Je ne crois pas au littéralisme du récit génésiaque. Mais je crois que Dieu à créé le monde et qu’il nous laisse la possibilité de chercher par d’autres méthodes les réponses au « quand et comment ». Je crois que Dieu respecte le temps, et qu’il nous le montre. Je crois au mystère de la Création. Il ne me parait pas plus fou de croire en la création que de croire en l’improbable de l’apparition de la vie par hasard. Mais prenons garde à cette forme d’obscurantisme, sous prétexte de loyauté à la Vérité, naturellement consubstantielle aux fondamentalismes. Que ceux qui adhèrent à cette position schizophrène ne se moquent pas de ceux qui acceptent de faire grandir leur foi en rejetant la magie d’un certain littéralisme tout en acceptant le mystère d’un texte éternel et abyssal.

Venons-en maintenant aux textes eschatologiques. Trop nombreux pour être cités ici il sera aisé au lecteur d’en faire le recensement. Cependant un rapide examen des différentes descriptions du « paradis » sont pour le moins antagonistes et paradoxales.

« La Bible est cohérente » déclare l’auteur cité en-tête, et je l’approuve! Que l’on me permette d’ajouter qu’elle n’est pas réductrice.  Elle explique par exemple que Jésus avait changé de nature à sa résurrection : apparaître et disparaître, traverser des murs, s’élever sur des nuages, après avoir fait route pendant plusieurs heures sans être reconnus par ses disciples…? Être monté vers son père puis être redescendu de nouveau pour repartir après quarante jours…? Tout en ayant les cicatrices de sa passion… Tout cela révèle un monde « parallèle » mystérieux -mais bien présent- dont les lois, physiques notamment, nous sont actuellement inconnues. Le fait que Jésus revienne sur les nuages, ou que de rien réapparaissent des êtres disparus depuis longtemps, relève donc de cette économie. Nous pouvons également approcher ce mystère dans la conception, la naissance et la survenance des âmes vivantes dont nous faisons partie, ici-bas. Pour ce qui concerne tout cela, l’Apôtre Paul déclare que « ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ». Tout cela ne me choque  donc guère et me semble faire partie d’un monde et d’aptitudes que je ne connais pas, mystérieux mais certainement pas stupide.

Parlons donc « des enfants qui joue avec les prédateurs », « du loup et de l’agneau qui paissent ensemble », « des hommes et des femmes qui ne se marient plus » (mais qui font des enfants!), des maisons bâties, des vignes cultivées, alors que la Jérusalem nouvelle est un cube parfait gigantesque, etc… Si nous acceptons le littéralisme de la genèse alors nous devons accepter le littéralisme de ces descriptions fantasmagoriques et incohérentes. Quelle aventure sans espoir! De l’ordre des Saducéens qui émettaient la réelle difficulté suscitée par les noces successives d’une malheureuse épouse au regard de la vie conjugale au Paradis. Jésus nous répondrait de même : « Vous ne comprenez ni la puissance de Dieu ni les Ecritures »! Loin de moi la prétention de la comprendre! Mais au moins d’adopter une attitude humble et espérante. Humble car je veux me positionner comme écoutant et respectant le mystère tout en continuant à chercher les significations dedans et au-delà des mots et des images. Pas de doute crasse, de dénigrement ou d’obscurantisme en forme de « foi ». Et espérante car « ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ». Les textes nous crient de ne pas nous attacher à la lettre et aux images. Dieu hait la magie, mais sa puissance est infinie. La Vie Eternelle a déjà commencé pour moi et le Royaume de Dieu est parmi nous.

Soyons clairs : Encore une fois, je crois Dieu tout à fait capable de créer tout instantanément. Mais est-ce sa nature? Quelle image adorons-nous (avec sincérité) de Dieu, des miracles, des récits de surnaturel? A quoi tout cela me sert-il? A quoi est-ce que je m’attache? Aux signes? Ou à leur Auteur?

Entre le dénigrement de l’Ecriture par une science au « champ restreint », et une attitude, à mon avis restrictive, qui prétexte la « foi et son ouverture sans limite » pour restreindre la pensée, il y a une voie plus satisfaisante et plus risquée, (quoique!!), mais rassérénante, que je choisis chaque jour, et qui consiste à traquer et combattre mes « images taillées », et à laisser Dieu devenir et présenter à mes yeux et dans mon coeur ce qu’Il veut être et faire en moi et autour de moi, au travers de ces textes merveilleux, mystérieux et pédagogiques.

Olivier Sommer, février 2104