Archives du mot-clé Tourner;pages;Dieu;vie;Lumière

Tourner les pages – Prose

Tu as ri, tu as grandi, tu as aimé, tu t’es battu, tu as tempêté, et puis tu t’es lassé

Tu as rugit de joie, jouissance et de plaisir, de désespoir, d’espoir  et de colère

Et puis tu as tourné des pages.

D’abord des pages de livres et de BD, du « Petit Ami » ou « des Malheurs de Sophie ».

Plus tard des pages des « Belles histoires  de la bible » des « Héros et Merveilles », de la « Mare au Diable », des « Mémoires d’outre-tombe » ou de « Hannah ».

Tu as tourné les pages d’une Bible, de Rachi ou du Coran.

Et puis tu as tourné les pages de ta vie.

 

On t’a dit « c’est écrit », « tu dois croire », « te mesurer à l’Etalon de la Vie »

Pourtant à l’Ecole on t’apprenait à lire, interpréter et décrypter.

Et puis ailleurs on te disait « c’est écrit! c’est comme cela! ne cherche pas derrière les mots! »

Tu as tourné les pages de ta vie et tu t’es bien aperçu

de la folle farandole des présidents des pasteurs et des dévots.

Tu t’es bien aperçu que la vie était un théâtre,

des babioles de désespoir des êtres de pouvoir, ou tu servais de marque-page.

 

Qui est ce Jésus que l’on persécute, que l’on invoque?

Dont on culbute les idées et les gestes pour le posséder sans équivoque?

Emmanuel est Got Mit Uns, et l’on dit « Amen ».

Qui est ce Jésus dont le Dieu reconnaîtra les siens?

Qui est ce Dieu qui punit et terrifie pour mieux servir à ceux qui l’emploient à une illusion de paix sociale?

 

Tu as ri, tu as grandi, tu as aimé, tu t’es battu, tu as tempêté et puis tu t’es lassé

Tu as crié de joie, de plaisir, de désespoir, d’espoir et de colère.

Et puis tu as recommencé.

Tu t’es mis à tourner les pages à l’envers, comme on lit en Orient.

Tu as tourné les pages des apparences et tu es passé de l’autre côté du miroir.

Tu as tourné la page d’un Dieu terrifiant pour aimer un Dieu terrifié.

Tu as tourné la page d’un Dieu de pouvoir pour adorer un Dieu de Fraîcheur

Tu as tourné les mots et les idées, les principes et les valeurs, tu es passé de l’autre côté du miroir

 

Tu dois tourner les clefs dans les serrures, comme on a tourné la tienne.

Tout retourné, tu tournes la page de l’ombre et tu te réjouis enfin du miroir brisé.

Tu sais aujourd’hui grâce à l’amour des faibles

Que tu es un grand fêlé, comme Jésus qu’on a brisé.

Aime la vie, aime le plaisir, aime les gens, Aime ton Dieu

Aime la tristesse, aime la souffrance, aime la révolte, aime la Joie.

Heureux es-tu car tu as tourné les pages, tu as lu à l’envers, et tu t’es brisé

Heureux es-tu toi qui, grâce à ta fêlure, laisses passer un peu de La Lumière!

 

 

Olivier SOMMER, mars 2014